Les arbres sont des organismes vivants. à ce titre, ils ont comme tout être vivant un métabolisme, une durée de vie et des parasites influant sur cette durée de vie.

De part leur nature, ils sont très longévifs. Leur durée de vie dépend de l'essence, mais est toujours de plusieurs dizaines, voire centaines d'années.

Les maladies qui peuvent atteindre des êtres vivants ayant de telles durée de vie ont donc un développement relativement lent. Ainsi, lorsqu'on peut voir un champignon sur un arbre, l'infestation parasitaire a lieu depuis déjà plusieurs années (5-6 ans en moyenne) et ce que nous appelons communément "champignon" n'est que le fruit de ce dernier. En réalité, le champignon est le réseau de filaments (ou mycelium) qui colonise tout ou partie de l'arbre-hôte.

Quant aux insectes pathogènes, ils n'arrivent à se développer sur l'arbre qu'à la condition que celui-ci soit assez affaibli pour tolérer leur présence. Ce sont donc généralement des parasites secondaires (quelques exceptions sont toutefois à citer, telles que le Scolyte ou l'Agrile, qui peuvent être des parasites primaires, et de fait provoquent de gros dégâts dans les régions où ils sont présents, même sur des arbres sains).

Lorsque le diagnostic met en avant une pathologie, ou un contexte défavorable au développement optimal de l'arbre, on peut envisager d'assister l'arbre afin de l'inciter à ériger les défenses adéquates.

A notre échelle, peu d'outils sont à notre disposition. L'une des principales solutions que nous avons est de rapporter à l'arbre un milieu qui se rapproche au maximum des conditions qu'il trouverait dans la nature, à savoir un sol forestier. Pour cela, je propose de broyer les branches issues de la taille, et de réaliser un paillage au pied de l'arbre avec le mulch ainsi obtenu. Ce dernier, en se transformant en humus, permettra au sol de s'enrichir de tous les minéraux nécessaires à l'arbre pour bâtir ses défenses chimiques internes. lorsque le sol parait particulièrement pauvre en micro-organismes, il est nécessaire d'étaler au préalable un compost de qualité, riche en micro-faune qui sera à même d'amorcer l'humification du mulch.

Lorsque la pathologie est clairement identifiée, on peut envisager, dans des cas très particuliers, de stimuler les défenses de l'arbre avec une aspersion d'huiles essentielles diluées, choisies spécifiquement pour lutter contre le parasite ou pour stimuler les défenses immunitaires du sujet. Cette pratique s'inspire des travaux d'Eric Petiot.