La taille ou l'abattage d'un arbre amène à une question importante : que faire des résidus, à savoir branches et bois?

Très généralement, le bois peut être conservé par le client comme bois de chauffage : coupé à la bonne longueur (33cm, 40-50cm ou plus) selon le type de foyer à votre disposition. Si le propriétaire n'a pas de cheminée, on connait toujours quelqu'un (la famille, un ami, un voisin) qui saura profiter de cette ressource peu onéreuse!

Si le diamètre le permet, il est aussi envisageable de prolonger la vie de l'arbre en faisant une sculpture avec le tronc. Je vous invite à visiter la section correspondante ici-même.

Quant aux branches, souvent vues comme un déchet, elles sont au contraire une ressource de première importance : il suffit pour cela de les broyer. Une fois réduites en fragments, elles n'apportent que des avantages :

- Le volume est considérablement réduit (la taille du tas de copeaux est de l'ordre d'un dixième du tas de branches!)

- Il est très facile d'étaler cette matière, appelée mulch, au pied de l'arbre taillé, d'autres arbres, de massifs de fleurs, dans un potager, etc... Ainsi, même visuellement, on peut intégrer cette matière au jardin sans préjudice esthétique. Mieux, le paillage permet de mettre en valeur le tronc des arbres au pied desquels il est étalé.

- Outre l'effet paillage, bien connu des jardiniers, que procure cette couverture de sol, le mulch a surtout l'énorme intérêt de se transformer en humus sous l'action des organismes du sol (insectes, champignons, vers,...) dans lequel les plantes paillées, arbres compris, pourront puiser les nutriments nécessaires à leur bonne santé. Cette technique permet donc de rétablir le cycle naturel des ressources, comme en forêt : les nutriments sont prélevés dans le sol, permettent la génèse d'une grande quantité de matière organique, qui retombe au sol et est à nouveau changée en matière minérale disponible, par l'action des micro-organismes du sol.

- Etant donné que la matière reste sur place, cela diminue les coûts liés à l'évacuation et au retraitement en décharges spécialisées.

Tout le monde s'y retrouve donc :

             - l'arbre voit son sol enrichi à moyen terme ;

             - le client voit sa facture réduite (et son jardin amélioré) par le fait que la matière reste sur place ;

             - l'arboriste que je suis voit la gestion des branches au sol simplifiée, et l'arbre taillé avec toute la ressource nécessaire pour refermer les plaies liées à la taille.

Dans certains cas bien spécifiques, il est impossible de conserver sur place le bois ou le mulch. Dans cette situation, une évacuation est évidemment toujours possible!